Rechercher

Ma réaction sur l’installation possible d’un BAPA à Anderlecht

Mis à jour : 4 févr. 2019

Le service Cohésion collabore avec la COCOF dans le cadre du contrat communal de Cohésion sociale et du Fonds d'impulsion à la politique des immigrés. Cette dernière informe systématiquement la commune de tous les appels à projets qu'elle lance.

L'appel à projet pour la création d'un troisième BAPA n'a pas encore été publié et est actuellement à l'analyse au Conseil d'état.

L'établissement d'un BAPA sur le territoire de notre commune serait assurément une plus-value en matière de cohésion sociale, Actuellement de nombreux primo-arrivants anderlechtois se rendent dans des BAPA situés sur d'autres communes. Ceux-ci représentent environ 12% des apprenants. De plus, les parcours de citoyenneté forment un levier non négligeable pour le "vivre-ensemble".

Les BAPA sont des instruments d'intégration qui nous semblent essentiels. Ils visent à offrir aux primo-arrivants la possibilité de suivre un « parcours d'accueil » à savoir : un bilan social des cours d'intégration et de citoyenneté et des cours de Français.

Certains quartiers d'Anderlecht, sont une véritable porte d'entrée sur Bruxelles pour de nombreux primo-arrivants. Il est difficile d'établir avec précision le nombre de primo-arrivants établis à Anderlecht rentrant dans les critères d'accès aux BAPA mais le service démographie a inscrit lui-même dans les registres 1506 Anderlechtois qui rentrent dans ces critères. A cela il faudrait ajouter les primo-arrivants inscrits par d'autres communes et qui se sont établis à Anderlecht par après, ainsi que les réfugiés politiques.




En octobre 2017, la commune d'Anderlecht avait organisé une « table-ronde » sur les conditions d'accueil des « nouveaux Anderlechtois ». Cet événement avait réuni une soixantaine d'acteurs associatifs, de citoyens, etc., qui avaient émis plusieurs recommandations. La mise en place d'un BAPA sur notre territoire pourrait clairement répondre à ces recommandations.

Aujourd'hui, les parcours d'accueil se font sur base volontaire. Les conditions d'accès sont les suivantes : -Être âgé de plus de 18 ans ;

-Être inscrit au  registre des étrangers d'une commune de la Région de Bruxelles-Capitale ;

-Être en séjour légal en Belgique depuis moins de 3 ans -Être en possession d'une carte de séjour de plus de 3 mois.

En ce qui concerne l'évaluation de l'opportunité d'une candidature communale, il est nécessaire de créer un comité de pilotage composé du service Prévention, du service Cohésion (Axe Vie associative), du service Démographie et des échevins concernés afin d'évaluer les modalités de cette candidature.

Par ailleurs, quelques premiers contacts ont été établis entre la commune d'Anderlecht et la Région.

Un travail transversal donc est nécessaire, c'est pourquoi le service Cohésion (Axe Vie associative) souhaite travailler en collaboration avec le service Prévention - plus particulièrement avec la cellule Relations interculturelles et primo-arrivants - et avec le service démographie afin d'élaborer un dossier une fois que l'appel à projet sera lancé.

La commune est en contact régulier avec les BAPA en place. Elle pourra bénéficier de leur expertise dans le cadre de l'introduction d'une candidature.

De plus, un grand nombre d'associations anderlechtoises sont spécialisées dans l''accompagnement des primo-arrivants. Celles-ci sont subventionnées par la COCOF et pourront apporter leur expertise. Le CPAS organise par ailleurs lui aussi des parcours d'accueil.